top of page
  • Photo du rédacteurgilles guillon

Adieu Léo

Dernière mise à jour : 14 juil.




En novembre 2005, arrivait en librairies une nouvelle collection de romans policiers régionaux. Polars en Nord des éditions Ravet-Anceau à Villeneuve d'Ascq publiait des polars nordistes. Le premier de la série, "Le Vagabond de la Baie de Somme", était signé Léo Lapointe, qui vient de nous quitter.


J'ai appris le décès de mon ami Léo Lapointe, auteur d'une douzaine de romans policiers. Agé de 71 ans, il est décédé à l'hôpital de Boulogne/Mer le lundi 24 juin 2024 des suites d'une longue maladie comme on dit habituellement. Depuis la crise sanitaire, on le voyait peu. Sa santé chancelante l'avait obligé à réduire ses activités. Les salons du polar de Vitry 2023, Dainville et Berck 2024 auront été ses dernières apparitions. 


J'avais fait sa connaissance au début des années 2000, au moment où je préparais une collection de romans policiers régionaux nordistes. Il m'avait envoyé le manuscrit des "Hérons sont fatigués" avant de disparaître dans la nature. Trois ans plus tard, j'étais retombé sur lui par hasard et son roman, rebaptisé "Le Vagabond de la Baie de Somme", était devenu en 2005 le premier ouvrage publié dans la collection Polars en Nord (éditions Ravet-Anceau). S'en était suivi une longue amitié.


J'ai eu la chance de publier 8 de ses 13 romans chez Ravet-Anceau, aux Nouvelles Editions Krakoen, puis à Pôle Nord Editions. C'était quelqu'un de discret, un humaniste qui n'aimait pas se mettre en avant. En août 2007, lors d'un colloque consacré à la fiction policière à Cerisy-la-Salle (Manche), il nous avait stupéfiés, Fred Vargas, Philippe Huet et moi, en répondant à une question anodine d'une chercheuse qui lui demandait de retracer son parcours d'écrivain. Il s'était mis à raconter ses aventures de jeunesse dans les années 70, les armes à la main, dans les maquis d'Amérique latine, luttant contre la police et les barbouzes de Pinochet. De retour en France, il avait été SDF, militant syndical puis écrivain public et engagé, avant d'intégrer les rangs de l'Education Nationale en tant que spécialiste de l'Enseignement Technique. 


Installé sur la côte picarde au début des années 2000, il s'était mis à écrire des polars sociaux, des romans noirs pour dénoncer les travers de la société et ses injustices. De son vrai nom Dominique Chatelain, il avait choisi le pseudo de Léo Lapointe en référence à Léo Ferré et Boby Lapointe. Publié en novembre 2005, son premier roman "Le Vagabond de la Baie de Somme" a été un succès de librairies avec plus de 15 000 exemplaires vendus et en 2015 avait donné lieu à une adaptation télé qui a lancé la série Polars en Région de France 3 (l'adaptation n'a qu'un lointain rapport avec le roman d'origine). 



La plupart de ses polars ont pour cadre le nord de la France et notamment la Baie de Somme où il résidait. Ami de Sandrine Rousseau et de François Ruffin, c'était un écrivain engagé doté d'un oeil critique sans jamais chercher à imposer ses idées. 


Outre celle du "Vagabond de la Baie de Somme", je vous conseille la lecture du "Planqué des huttes", polar historique paru en 2014 se déroulant dans la campagne picarde pendant la Première Guerre mondiale. 



Comments


  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page